Lista Bohio
BOHIO: Rompiendo las fronteras racistas

BOHIO: Rompiendo las fronteras racistas

Write haof XML files: Prensa <prensa_at_taiguey.org>
Fecha: Mon, 20 Nov 2006 17:37:58 -0400
Message-Id: <200611211641.kALGflRu021459@samana.funredes.org>

-------> MESSAGE ORIGINAL

CIUDADES Y FRONTERAS
Rompiendo las fronteras racistas

http://www.clavedigital.com/Firmas/Articulo.asp?Id_Articulo=8039

El país completo está lleno de pancartas gigantescas que presentan a hombres y mujeres que parecen gritar a los cuatro
vientos que son dominicanos, que son mulatos y negros, y que están orgullosos de ambos calificativos.
Sobeida De Jesús-Cedano

En estos días he visto con agrado la publicidad de Orange (valga la mención porque se lo merecen). El país completo está
lleno de pancartas gigantescas que presentan a hombres y mujeres que parecen gritar a los cuatro vientos que son
dominicanos, que son mulatos y negros, y que están orgullosos de ambos calificativos.

Ella presenta al mulato y a la mulata, al negro y la negra, que, a pesar de los obstáculos, han logrado alcanzar un
puesto en la sociedad, al profesional que se destaca sin importar su color oscuro y a la niñez que con su pelo crespo y
revuelto dice al mundo la frase acuñada hace unos años “soy negra y soy bella”, con esa belleza natural que no tiene
que blanquearse para ser hermosa y mucho menos aún para ser aceptada.

En ninguno de los casos encontramos los recurridos cliché a los que suelen asociarse las personas de color en los
anuncios publicitarios dominicanos, no se trata del niño limpiabotas, de la niña que pide limosna en la esquina, de la
señora vulgar, bruta y mal hablada que hace el papel de doméstica ni el albañil musculoso y transpirado que parece decir
no se me acerquen porque tengo mal olor. ¡No, no, no!, dicha publicidad representa la otra parte de la población de
color que por lo general suele ignorarse y que para algunos ni existe.

Es una campaña publicitaria que ciertamente me asombra, ante todo porque en mis oídos siempre retumban las palabras que
escuchara hace unos años de boca del director de una de las principales publicitarias del país, quien entendía que no
podía poner negros o mulatos en sus anuncios porque eso no vendía.

El director publicitario argumentaba que ciertamente su misión y su función nunca habían sido cambiar la sociedad, sino
hacer que la población acogiera sus productos, cosa en la que tenía razón; pero, habría que preguntarle, si esa era la
única forma de lograr que su producto se vendiera o si por el contrario, simplemente se trataba de la forma más fácil y
de menor esfuerzo, aquella que toma los prejuicios existente para manipular la intención de compra del consumidor,
contribuyendo de ese modo al mantenimiento de dicho prejuicio.

En este sentido, la campaña de Orange parece desmentir a nuestro publicista, no creo que ellos lance una campaña tan
costosa para que sus productos sean rechazados.

La gran mayoría de la población dominicana es mulata o negra, pero en su interior, una muy importante parte desea y
aspira a ser caucásico, hombres y mujeres blancos, es por ello que siempre tratan de eliminar los rasgos negros que
poseen, sean estos físicos o culturales.

Es así como las jovencitas no quieren tener caderas, todo aquel que puede conseguir el dinero va rápidamente al cirujano
plástico para perfilar la nariz, se evita tomar el sol para mantener la palidez, mientras que, aunque no haya para comer
bien, siempre buscarán el dinerito para desrizar y planchar el pelo y para comprar las cremas blanqueadoras sin importar
que produzcan cáncer, etc.

Es un auto-desprecio y auto rechazo que, aunque no comparto, entiendo. Es difícil quererse a sí mismo, cuando, por todos
los medios, desde niño se les dice que se es feo y se le muestra como símbolo de belleza al blanco, o cuando se les dice
que su pelo es “malo”, que la piel oscura se ve “sucia” y que la nariz bonita es la estrecha.

De igual modo, es muy difícil aceptarse a si mismo cuando día a día se les representa socialmente como delincuente, mal
educado, trabajando forzadamente, muy pobre, etc.

Al otro lado de la moneda, tenemos el racismo y la discriminación racial, ¡sí!, así mismo, ¡racismo!, a pesar de lo que
suelen decir nuestros gobernantes en todos los foros públicos a los que asisten, este es un país de negros y mulatos en
las que hay racistas y en las que existe discriminación por cuestiones de color.

Un país en donde hay personas que se permiten la libertad de prohibir a la gente de color entrar a lugares públicos como
el caso de Praia y bares semejantes ubicados principalmente en el polígono central de Santo Domingo. Personas que
aprendieron muy bien la lección, también inculcada desde niño, de que los negros y mulatos son feos, “no son chic”.

Tanto el auto-desprecio como el racismo son actitudes aprendidas y aprehendidas, son enseñanzas sociales que inician muy
temprano a través de todos los medios de socialización, entre los cuales, como es de esperarse en la Era de las
comunicaciones, los medios masivos juegan un importante papel.

Todo esto me lleva a preguntarme, ¿hasta donde llega la responsabilidad social de nuestros empresarios, o quizás, mejor
aún, hasta donde llega su irresponsabilidad?, es cierto que deben promocionar sus productos, pero ¿acaso no deberían ser
responsable del mensaje que envían a la población con la finalidad de lograr sus objetivos?, ¿No tienen responsabilidad
social ante el país por incentivar y/o mantener los prejuicios existentes a través de las campañas publicitarias que
contratan?, ¿No deberían tener un rol más activo en la transformación del país que los acoge?.

Claro que es una responsabilidad social de los empresarios luchar contra estos males que aquejan nuestra, no porque sean
buenos, yo no creo en la bondad del dinero, sino porque es la única forma de lograr la integración social de los
dominicanos en pro de la mejora de nuestro país.

Ciertamente, no es su responsabilidad exclusiva, pero también es su responsabilidad. El auto-desprecio genera personas
cohibidas, poco creativas, dependientes. Los humanos necesitamos sentirnos importantes para poder desarrollarnos y
desarrollar al país. En consecuencia, quiero felicitar a Orange por su iniciativa y llamar a las demás empresas a seguir
su ejemplo.

-------> FRANCAIS (ATTENTION: CECI EST UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE NON REVISEE

VILLES Et FRONTIÈRES en Cassant les frontières racistes

http://www.clavedigital.com/Firmas/Articulo.asp?Id_Articulo=8039

Le pays complet est plein de pancartes gigantesques qui présentent à
des hommes et à des femmes qui paraissent crier aux quatre vents qui
sont dominicains, qui sont mulatos et noirs, et qui sont fiers des
deux dénominations.
Sobeida de Jesús-Cedano

Dans ces jours j'ai vu avec plaisir la publicité d'Orange (il vaille
la mention parce que le lui ils se méritent). Le pays complet est
plein de pancartes gigantesques qui présentent à des hommes et à
des femmes qui paraissent crier aux quatre vents qui sont dominicains,
qui sont mulatos et noirs, et qui sont fiers des deux dénominations.

Elle présente à ce qui est mulato et ce qui est mulata, à à ce qui
est noir et à ce qui est noire, qui, malgré les obstacles, ont
obtenu atteindre un poste dans la société, au professionnel qui est
souligné sans importer sa couleur obscure et à l'enfance qui avec
ses cheveux crépus et confus dit au monde la phrase frappée il y a
des années "je suis noire et suis belle", avec cette beauté
naturelle qui ne doit pas être blanchie pour être belle et plus pour
être encore acceptée.

Dans aucun des cas nous trouvons ceux recourus cliché à ceux qui
associent généralement les personnes de couleur dans les annonces
publicitaires dominicaines, il ne s'agit pas de l'enfant cireur de
chaussures, de l'enfant qui demande aumône dans le coin, de la Madame
vulgaire, stupide et mal parlée qui rend le rôle domestique ni du
maçon musclé et transpirado qu'elle paraît dire m'ils ne
s'approchent pas parce que j'ai mauvais parfum. Non, non, non !, cette
publicité représente l'autre partie de la population de couleur qui
généralement s'ignore généralement et qui arrête certains ni
existe.

C'est une campagne publicitaire qui certainement m'étonne, avant tout
parce que dans mes auditions retumban toujours les mots qu'il
écouterait il y a des années de bouche du directeur de d'une de de
ce qui est principales publicitaires du pays, celui qui comprenait
qu'il ne pouvait pas mettre noirs ou mulatos dans ses annonces parce
que cela ne vendait pas.

Le directeur publicitaire faisait valoir que sa mission et sa fonction
n'avaient jamais été certainement de changer la société, mais
faire que la population fasse valoir ses produits, chose dans laquelle
elle avait raison ; mais, il faut le demander, si celui-là était la
seule façon d'obtenir que son produit soit vendu ou si au contraire,
il s'agissait simplement de la manière la plus facile et du plus
petit effort, celle qui prend les préjugés existant pour manipuler
l'intention d'achat du consommateur, en contribuant de cette manière
au maintien de ce préjugé.

En ce sens, la campagne d'Orange paraît réfuter à notre publiciste,
je ne crois pas qu'ils lance une campagne tellement coûteuse pour que
ses produits soient rejetés.

La grande majorité de la population dominicaine est mulata ou noire,
mais dans son intérieur, une partie très importante souhaite et
aspire à être caucasien, des hommes et des femmes blancs, est pour
cela qu'ils essayent toujours d'éliminer les caractéristiques noires
qui possèdent, sont ces physiques ou culturelles.

Il est ainsi que ce qui est jovencitas ne veulent pas avoir des
hanches, tout celui qui peut obtenir l'argent va rapidement au
chirurgienmatière plastique pour profiler le nez, on évite de prendre le
soleil pour maintenir la pâleur, tandis que, même s'il n'a pas pour
manger bien, ils chercheront toujours ce qui est dinerito pour
desrizar et repasser les cheveux et pour acheter les crèmes
blanchissantes sans importer qui produisent cancer, etc..

Auto- un dédain est et une voiture rejet que, bien que je ne partage
pas, je comprends. Il est difficile de vouloir à à lui-même, quand,
par tous les moyens, depuis enfant on leur dira qu'on est laid et on
montre comme symbole de beauté au blanc, ou quand on leur dira que
ses cheveux sont "mauvais", que la peau foncée est vu "sale" et que
le nez joli est l'étroit.

De manière égale, il est très difficile d'accepter à à lui-même
quand jour après jour on leur représentera socialement comme
délinquant, mal instruit, en travaillant forzadamente, très pauvre,
etc..

À l'autre côté de la monnaie, nous avons le racisme et la
discrimination ethnique, oui !, aussi, racisme !, malgré ce que
disent généralement nos dirigeants dans tous les forums publics à
auxquels ils assistent, ce c'est un pays de de noirs et mulatos dans
lesquels il y a des racistes et dans lesquels il existe une
discrimination par des questions de couleur.

Un pays où il y a des personnes qui sont permises la liberté
d'interdire aux gens de couleur entrer à des lieux publics comme le
cas Praia et barres semblables situées principalement dans le
polygone central de Saint-Domingue. Des personnes qui ont bien appris
aussi la leçon, inculquée depuis enfant, dont ce qui est noirs et
mulatos sont laids, "ne sont pas chic".

Tant auto-l'dédain comme le racisme sont des attitudes apprises et
appréhendées, ils sont des enseignements sociaux qu'ils entament
très précoce à travers tous les moyens de socialisation, entre
lesquels, comme il faut être attendu dans elle il Était des
communications, les moyens massifs jouent un important rôle.

Tout ceci me demande moi, jusqu'où arrive la responsabilité sociale
de nos chefs d'entreprise, ou peut-être, mieux encore, jusqu'où
arrive son irresponsabilité ?, il est certain qu'ils doivent
favoriser leurs produits, mais peut-être ne devraient pas être
responsable du message qu'envoient à la population afin d'obtenir ses
objectifs ?, Ils n'ont pas responsabilité sociale devant le pays pour
stimuler et/ou de maintenir les préjugés existants à travers les
campagnes publicitaires qu'ils contractent ?, Ils ne devraient pas
avoir un rôle plus actif dans la transformation du pays qui les fait
valoir ?.

Il est évident qu'il est une responsabilité sociale des chefs
d'entreprise de combattre contre ces maux qui affligent le nôtre, non
parce que soient bons, je je ne crois pas dans la bonté de l'argent,
mais parce que c'est la seule façon d'obtenir l'intégration sociale
de de ce qui est dominicains pour l'amélioration de notre pays.

Certainement, il n'est pas la sa responsabilité exclusive, mais aussi
est la sa responsabilité. Auto-l'dédain produit des personnes
intimidées, peu créatives, dépendantes. Les hommes nous avons
besoin de se sentir importants pour pouvoir nous développer et
développer au pays. Par conséquent, je veux féliciter à Orange par
son initiative et appeler à les autres entreprises à suivre son
exemple.

==================================
Questions, Preguntas, Help, Ayuda, Aide: --> <mailto:owner-bohio@bohio.org>

<FRA> BOHIO Espace virtuel de rapprochement, collaboration et action communautaire entre organisations de la société civile et acteurs du développement de la République Dominicaine et Haïti. Voir les archives, liste des participant(e)s, base de données, revue de presse: sur www.bohio.org

<ESP> BOHIO: Espacio virtual de acercamiento, colaboración y acción comunitaria entre organizaciones de la sociedad civil y actores del desarrollo de la República Dominicana y la República de Haití. Archivos, lista de participantes, base de datos, revista de prensa: en www.bohio.org
================================================================
Nearby mar 21 nov 2006 12:41:49 AST

Este archivo fue generado por hypermail 2.2.0 : mar 26 abr 2011 16:00:17 AST AST